Litzt, résumé

Le piano, du salon au récital »  Liszt  1811-1886

La génération romantique œuvre à une profonde mutation musicale caractérisée par l'émergence d'un nouveau « héros » le concertiste.

Franz Liszt jouera pour Beethoven à Vienne  en 1818 et devant Debussy à Bayreuth en 1885.

 C'est l'empereur du piano, interprète inégalable, le « Paganini » du clavier. Il a avec l'instrument quasi divinisé une fusion amoureuse.

 Les études transcendantes, les transcriptions (symphonies de Beethoven, lieder de Schubert), la musique hongroise (rhapsodie), les "paraphrases" d'opéra  (Verdi, Bellini, Donizetti) sont au programme des concerts. Sa carrière de concertiste est très intense jusqu'en 1847.

 Las de cette vie errante de virtuose, il se fixe à Weimar. Le compositeur s'impose. C'est une grande période de création et de de production (plus de 700 œuvres), particulièrement des œuvres symphoniques, mais aussi sa célèbre « sonate en si m »

 Maitre de chapelle, il assure un enseignement empli d'idées neuves et audacieuses sur la culture et l'art.

 C'est  aussi un chef d'orchestre comme Berlioz et Wagner, témoin enthousiaste des créations de la « symphonie fantastique » et de » « Parsifal »

 Il se retire à Rome en 1861, rejoint l'ordre Franciscain. A partir de 1869 jusqu'à sa mort (1886 à Bayreuth.), il partage son temps entre les trois capitales: Budapest, Rome et Weimar, se consacrant à la composition et à l'enseignement .

                    ---------------------------------------------------------------------

Deux magnifiques cycles  à écouter :

 les années de pèlerinage
 
les harmonies poétiques et religieuses

Invité de la conférence : Lucas DEBARGUE, qui a magnifiquement interprété la 10ème étude d'exécution transcendante.

                           ---------------------------------------------------------------------------------------

« les arts sont le plus sûr moyen de se dérober au monde mais ils sont le seul moyen de s'unir avec lui. » 

 

Ajouter un commentaire