Voyager en livres et en films en Inde et à New York

Le mardi à 14h15
Salles Saint-Nicolas, 2 rue du Grand-Ferré, Compiègne

Par Aliette Armel

Ecrivain, critique au Magazine Littéraire

calend.jpeg
Voir le calendrier

Voir la bibilo des deux premières conférences

Inde aa A travers des livres et des films, Aliette Armel nous fait voyager en Inde et à New York.

Cliquer sur les photos pour connaître les ouvrages et les films qui seront évoqués au cours de ces conférences, mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu les livres et vu les films avant la conférence.

New York

Cette série de conférences invite au voyage : voyage géographique et culturel mais voyage dans le monde de la fiction littéraire et cinématographique, du récit et de l’imaginaire. Chaque séance permet de ressentir les émotions suscitées par un pays ou une ville telles que les artistes les transmettent. Ecrivains et cinéastes ont en effet le pouvoir de capter et de partager les effets du climat et des paysages, la magie ou le drame des relations humaines, le quotidien et l’exceptionnel, les équilibres et les tensions politiques, économiques, sociaux,  la résonance des grands événements de l’Histoire et la magie des monuments qui forgent la personnalité d’un lieu.

Chaque séance d’1h30 présente 2 ou 3 livres de fiction et 1 film regroupés autour d’un thème. La présentation dynamique des romans et des films permet d’évoquer et de développer les sujets choisis de manière concrète. Intrigues et personnages leur donnent chair et vie, les situent dans leur environnement géographique, social et culturel.

Il ne s’agit pas ici de « littérature de voyage ». Les auteurs cités n’entrent pas dans la catégorie des « écrivains voyageurs ». Néanmoins, cette série de conférences est introduite par une évocation de l’engouement pour la « littérature de l’ailleurs » dont le succès du Salon « Etonnants voyageurs », premier Salon du Livre de France, demeure l’emblème depuis sa création à Saint-Malo en 1990. La conférencière se place sous l’invocation de Nicolas Bouvier et de son « livre-culte », L’Usage du monde, publié dans l’indifférence en 1963 et devenu à partir de sa réédition en 1985 une référence indispensable pour tout voyageur.

Lorsque Daniel Larribe, otage français du Sahel, est descendu de l’avion à Paris le 31 octobre 2013 après des mois de captivité, il tenait à la main  L'Usage du monde de Nicolas Bouvier.  C’est le livre que sa femme Françoise lui avait offert pour renouer avec la lecture après en avoir été privé pendant trois ans.

Conférences avec projections

Tarif : 27,00 euros le cycle

Série n°64

Ajouter un commentaire