La grande guerre et ses écrivains

Le jeudi à 14h15
Salles Saint-Nicolas, 2 rue du Grand-Ferré, Compiègne
 
Par Alain Lanavère

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure. Agrégé de lettres classiques, Docteur es-lettres

calend.jpegVoir le calendrier

La « Grande Guerre » a, comme de juste, beaucoup inspiré les écrivains. A. Lanavère vous propose de relire quelques chefs-d’œuvre, parfois oubliés, français ou non, et très divers. Observé par un chirugien militaire, le supplice des blessés : Georges Duhamel (Vie des Martyrs, 1917 ; Civilisation, 1918, prix Goncourt). L’Italie en guerre, par un ambulancier volontaire sur le Piave : Ernest Hemingway (L’Adieu aux armes, 1929). La vie et la mort des Poilus, par Roland Dorgelès (Les Croix de bois, 1919). La souffrance allemande (Erich-Maria Remarque, À l’Ouest, rien de nouveau, 1929). Enfin l’Angleterre dans la guerre, son courage et son british humour, par André Maurois dans son premier livre, Les Silences du colonel Bramble (1918)

Pour plus d'informations sur un roman, cliquez sur son titre. Pour plus d'informations sur un écrivain, cliquez sur son portrait.

Erich-Maria Remarque : A l'ouest, rien de nouveau (1929)
La guerre vue par un jeune soldat volontaire allemand sur le front ouest

Roland Dorgelès : Les croix de bois (1919)
Le long des chemins du front, on trouvait souvent une ligne à perte de vue de croix de bois, faites à la va-vite, et posées au-dessus des cadavres de soldats allemands ou français. Le quotidien des soldats de l'armée française pendant la grande guerre.

Ernest Hemingway : L'adieu aux armes (1929)
Un ambulancier américain engagé dans la Croix-Rouge italienne pendant la grande guerre, dépeint une guerre futile et destructrice et le cynisme des soldats

Georges Duhamel Vie des martyrs (1919), Civilisation (1918)
L'auteur, chirurgien engagé volontaire, rapporte les récits des simples soldats et décrit les ravages de la guerre, les absurdités administratives et le renversement des valeurs morales.

André Maurois : Les silences du colonel Bramble (1918)
Un jeune interprète français est affecté auprès d’officiers britanniques. Le soir, quand les fusils et les bombes se sont tus, ils  tentent d’oublier la mort en parlant histoire, littérature, philosophie. en rivalisant d’ironie et d’intelligence.

 

Tarif : 22,50 euros le cycle

Série n° 65

Ajouter un commentaire