Les déchets du big bang à nos jours, compléments

Les déchets, la face cachée de notre monde
Nous côtoyons chaque jour des déchets et pensons tout connaître d’eux, ou presque. Mais ils sont beaucoup plus complexes et paradoxaux qu’on l’imagine habituellement. Bien sûr les déchets sont omniprésents, surabondants, sales, parfois dangereux. Bien sûr, les déchets représentent du gaspillage de matière. Mais les déchets ce n’est pas que ça. Quand on y regarde d’un peu plus près, avec un regard scientifique, on est obligé de reconnaître que c’est aussi une matière à transformer, à transmuter.
Dans cette première conférence, nous nous interrogerons sur la signification profonde de la notion de déchet et nous verrons en particulier qu’elle n’est pas le propre de l’homme, ni même du vivant, mais qu’elle concerne une grande partie des systèmes qui composent notre univers.
Retour au calendrier du cycle

Dechet
Etoiles

Les déchets au cœur des étoiles
A partir de la notion universelle de déchet telle que nous l’avons abordée lors de la première conférence, nous nous projetterons dans le temps et dans l’espace pour visiter les premiers et les plus grands producteurs de déchets de l’univers : les étoiles.
Aussi étonnant et paradoxal que cela puisse paraître les étoiles produisent des déchets. Siège de réactions de fusion thermonucléaire, une étoile est un gigantesque athanor qui transmute l’énergie et la matière.
Une partie de cette matière et de cette énergie assure la survie de l’étoile tandis qu’une autre est rejetée dans l’espace ou emprisonnée jusqu’à la phase de transmutation suivante. Nous verrons que rejetés ou emprisonnés, ces déchets d’étoile se transforment souvent en ressource.
Retour au calendrier du cycle

Le vivant : 4 milliards d’années de traitement des déchets
Apparus il y a près de 4 milliards d’années sur notre planète, les premiers organismes vivants fonctionnent dès le départ sur le même principe que tous les systèmes complexes de notre univers : Ils consomment des ressources et produisent des déchets. Nous montrerons comment fonctionne le métabolisme de tous les êtres vivants que nous connaissons aujourd’hui et pourquoi la production de déchets leur est indispensable. Nous découvrirons alors ce qui menace tout producteur de déchet plongé dans un environnement fermé tel que celui de la planète Terre, une menace qui a bien failli réduire à néant l’expérience du vivant. Bien évidemment, il n’en fut rien et nous savons aujourd’hui quels mécanismes d’évolution ont permis au vivant de relever ce formidable défi. D’ailleurs, ces stratégies pourraient très bien nous servir de leçon et nous inspirer des solutions aux problèmes de déchets que l’humain rencontre aujourd’hui. Retour au calendrier du cycle

Dechet2
Dechet1

L’homme et ses déchets, des éclats de silex aux déchets nucléaires
Notre dernier voyage dans le passé débutera avec Homo habilis, la première espèce d’hominidé chez laquelle la fabrication d’outils est avérée. Depuis lors, et en particulier avec l’avènement d’Homo sapiens il y a environ 200 000 ans, les pré-humains et humains n’ont pas cessé de perfectionner leurs technologies et de produire des déchets… technologiques. Nos déchets sont d’ailleurs un parfait révélateur de nos activités et, au-delà, de la nature et du fonctionnement de nos sociétés. Depuis les chasseurs-cueilleurs jusqu’aux urbains modernes, nos déchets parlent pour nous.
Ce sera l’occasion pour nous de découvrir des cultures dont l’attitude face aux déchets est étonnante, comme nous le montre par exemple l’âge des amas coquilliers.
Au final, la question à laquelle nous tenterons de répondre est bien celle que nous nous posons fréquemment devant les déchets contemporains : comment en est-on arrivé là ?
Retour au calendrier du cycle

Demain, la société zéro déchet est-elle possible ?
Le constat est, pour la plupart d’entre nous, désormais assez clair : il n’est pas souhaitable de continuer à produire autant de déchets à l’échelle de l’ensemble de l’humanité. Nous verrons rapidement pourquoi, avant de présenter quelques pistes pour l’avenir. Nous revisiterons en particulier l’enseignement que nous donne le vivant, avec l’exemple de ses écosystèmes matures, durables et résilients. Nous finirons donc ce cycle de conférences par un voyage, non pas dans un futur inéluctable et certain, mais dans un futur souhaitable, sur la trace de solutions qui pour certaines se mettent en place dès aujourd’hui, et pour d’autres sont encore à l’état de recherches scientifiques et technologiques au cœur des laboratoires. Retour au calendrier du cycle

Livre duquennoi

Ajouter un commentaire