Vive le cabaret !

Le mardi à 14h15
Salles Saint-Nicolas, 2 rue du Grand-Ferré, Compiègne

Par Michela Niccolai

Docteure en musicologie, enseignante à l'Université Sorbonne-Nouvelle de Paris 3, conférencière attachée à l'Opéra et à la Philharmonie.

37 Les cabarets parisiens

Ce cycle de 4 conférences vise à illustrer les lieux, les genres et les interprètes des salles de spectacles mixtes (chanson, théâtre d’ombres, music-hall, cirque…) à Paris entre 1880 et 1930 environ. Si ces genres trouvent leur sublimation à Montmartre, à partir de 1900 ils sont « exportés » dans d’autres quartiers parisiens (le 10e et le 8e arrondissement notamment).
À travers la circulation des artistes et du répertoire, on suivra l’évolution des formes musicales et spectaculaires en se baladant dans les salles de spectacle de la Ville lumière.

19 janvier 2021
La création musicale dans les cafés-concerts
entre les XIX
e et XXe siècles

Une première recherche des salles de spectacle parisiennes consacrées à la chanson et aux nouvelles formes d’expression qui mobilisent plusieurs arts et savoir-faire. Après avoir esquissé une cartographie des salles de divertissement parisiennes,focus sur quelques établissements, tout en étudiant le répertoire et les principaux interprètes.

16 mars 2021
La musique pour le théâtre d'ombres

Le succès du Chat Noir oblige Salis à déménager dans une salle plus grande. Ici, tandis que Claude Debussy et Erik Satie se produisent au piano, Henri Rivière crée le premier Théâtre d’ombres parisien, inspiré des traditions chinoise et japonaise. Sur des musiques originales de compositeurs aujourd’hui méconnus (Tinchant, Fragerolle, de Sivry…), on assiste ainsi à un spectacle de silhouettes de zinc et de projections lumineuses suivant les histoires de Saint-Antoine, de la Marche à l’étoile

9 février 2021
Montmartre et la chanson réaliste

Rodolphe Salis inaugure en 1881, boulevard Rochechouart, le premier cabaret artistique moderne ; il s’entoure de peintres, poètes et musiciens qui se présentent devant un public de pairs, modifiant à jamais le rapport entre l’artiste et son public. Aristide Bruant, puis Yvette Guilbert, se produisent dans ce lieu mythique prêtant leurs voix aux déshérités et aux classes sociales les plus humbles ; la chanson réaliste est née !             

30 mars 2021
Le music-hall parisien, symbole de la "french touch" aux États-Unis

Le terme "music-hall" est par sa nature ambigu. Apparu dans la presse à la moitié du XIXe siècle, il est apparenté au cabaret, dont il assure la continuation dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale. Ce spectacle à nombreux tableaux (jusqu’à 200 !) est basé sur le rôle de la diva (ou d’un divo) : Mistinguett, Joséphine Backer et Maurice Chevalier deviennent les ambassadeurs du genre en France et au-delà de l’océan,  montrant toute l’élégance et la beauté du spectacle "à la française".  

Conférences avec projections

Tarif : 18 € le cycle

Cycle n° 37

Ajouter un commentaire