10 - Patrimoine entre Oise et Aisne

Spiritualité, économie et architecture

A 14h15, les mardis 22 novembre, 17 janvier, 7, 14 et 28 mars
Salles Saint-Nicolas, 2 rue du Grand-Ferré, Compiègne
Tarif : 22,50 €

Par Nicolas Bilot

Président d’Aquilon, société d’étude et de valorisation de notre patrimoine historique ; archéologue au Service Départemental d’Archéologie de l’Oise, doctorant à l’université de Poitiers

Mont l'Evêque

Chanoines, templiers, moines ou même évêques, les religieux ont toujours œuvré à leur manière au développement de l'architecture et à l'aménagement du territoire au Moyen Âge.
Entre la structure d'exploitation, la résidence d'apparat et la destination spirituelle de leurs réalisations que leur fonction implique, les édifices religieux, publics ou privés, présentent une variété de formes et de fonctionnalités formidable.
Retour sur quelques-uns des plus beaux exemples entre Oise et Aisne.

La démarche de l’historien, qui étudie à partir des sources manuscrites, et celle de l’archéologue, qui étudie les vestiges matériels du passé, se conjuguent parfaitement. Ensemble, ces spécialistes permettent une relecture de grands sites patrimoniaux sur lesquels le discours traditionnel, hérité des érudits anciens et des ouï-dire populaires, méritait un dépoussiérage intense.

L'abbaye de Valsery et ses fermes

10.1 22 novembre 2022
L'abbaye de Valsery et ses fermes
Fondée en 1125 par les chanoines de Prémontré, un site entre ciel en terre.

A l’occasion du jubilé de l’ordre prémontré, l’équipe d’Aquilon a collaboré avec la Société Historique de Soissons et l’Association de Sauvegarde de l’abbaye de Valsery à la publication d’un ouvrage à plusieurs mains qui a été l’occasion de faire le point sur une abbaye injustement oubliée de notre territoire.
Plus encore, ce travail a permis de revenir sur le lien étroit qui unit un établissement monastique à ses fermes et de tenter une restitution de l’église et du cloitre disparus.

Abbaye de Valseny

Le monastère Saint-Thomas de Crépy-en-Valois, un édifice européen ?

10.2 17 janvier 2023
Le monastère Saint-Thomas de Crépy-en-Valois, un édifice européen ?
Ruine, vestige ou témoin ?

Suite à l’effondrement d’une partie de la façade en 2019, les projecteurs se sont à nouveau tournés vers les vestiges de l’église Saint-Thomas de Crépy-en-Valois. Fondé par Philippe d’Alsace, comte de Flandre, de Vermandois et de Valois, et largement démantelé au XIXe siècle, ce couvent est un des plus vifs témoignages des grandes heures de Crépy-en-Valois.
Bien qu’incomplète, l’église atteste aussi de la modernisation de l’architecture dans la seconde moitié du XIIe siècle, alors que la Picardie et l’Ile-de-France sont les régions pionnières de l’art gothique.


Saint Thomas

La maison templière de Neuilly-sous-Clermont

10.3  7 mars 2023
La maison templière de Neuilly-sous-Clermont
Entre architecture laïque et monastique où se mêlent les architectures du Moyen Âge et de la Renaissance.

Une chapelle et un cellier gothiques, une cuisine, un escalier et une façade de la période Renaissance, des bâtiments de ferme d’Ancien Régime, un enclos anhistorique et beaucoup d’autres éléments encore.
La maison de Neuilly, d’abord templière puis hospitalière, est un formidable exemple de la structuration et du développement d’un siège de seigneurie de moines-soldats.
Une étude détaillée des terriers nous a aussi permis d’approcher la sociologie de ceux qui travaillent pour eux jusqu’à la Révolution française.

 

Maison templiere

La "folie" de Mont-l‘Évêque

10.4  14 mars 2023
La "folie" de Mont-l‘Évêque
Entre château épiscopal et résidence américaine : un coup de cœur et une image de conte de fées s’offre à nos yeux !

La relecture des archives du site et la collaboration entre l’équipe d’Aquilon et les propriétaires du site ont permis de redessiner l’histoire d’un site emblématique du pays de Senlis. Propriété du chancelier Guérin ou de la baronne de Pontalba, voisin de l’abbaye de la Victoire ou de la forêt d’Ermenonville, profitant d’une situation curieuse entre rivière et village, ce château n’en finit pas d’étonner.
Mais la bâtisse est également très fragile, ce qui s’explique surtout par les choix architecturaux néogothiques du XIXe siècle...

 

Mont l'évêque

Le prieuré de Bray-sur-Aunette, centre d'exploitation ou sainte chapelle ?

10.5  28 mars 2023
Le prieuré de Bray-sur-Aunette, centre d'exploitation ou sainte chapelle ?
Un des plus beaux sites du Valois qui niche au cœur d’un site naturel, véritable havre de paix et de sérénité.

Bel exemple de construction monastique de grande qualité mais à l’échelle des moyens octroyés à un petit établissement rural, le prieuré de Bray offre surtout un magnifique exemple d’église homogène de style gothique rayonnant. Moins étonnant aux yeux du grand public et pourtant tout aussi intéressant du point de vue de l’historien ou de l’archéologue, la ferme, modifiée à plusieurs reprises depuis le XIXe siècle, fait comprendre que ce monastère était d’abord le siège d’un domaine agricole dédié à nourrir l’abbaye-mère : Saint-Victor de Paris.


Bray-sur-Aunette